< Press Room

Article original:

https://journals.plos.org/plosone/article/file?id=10.1371/journal.pone.0242303&type=printable

Nos recherches menées au sein de becare SA, grâce à son produit inCORPUS ont permis d'enregistrer la variabilité cardiaque chez 95 individus avant pendant, durant et après le confinement strict en France (17 mars - 11 mai 2020).

Les résultats ont montré que la majorité des personnes (80%) ont vécu le confinement avec difficulté, ce qui s'accompagnait d'une dégradation générale de l'état cardiovasculaire. Seul 20% des personnes ont amélioré leur quotidien et avait une meilleure santé en fin de confinement. Parmi les facteurs pouvant expliquer les effets délétères du confinement sur la santé, il y avait la diminution probable de l'activité physique (comme rapportée par Santé Publique France), ainsi que le climat anxiogène et la diminution des interactions sociales.

Cet article à été repris dès sa sortie par plusieurs compte tweeter et dans la presse.

Nicolas Bourdillon



Read in English >