< Témoignages

Qui entraînez-vous ou avez-vous entrainé et avec quels résultats internationaux ?

J’ai eu en charge l’équipe de France hommes de biathlon au cours des trois dernières Olympiades et notamment l’entraînement de Martin Fourcade.

Mes athlètes ont obtenus 6 titres Olympiques, 2 médailles d’argent et deux de bronze.

De nombreux titres de champion du monde, de nombreuses médailles individuelles et collectives.

Martin Fourcade a remporté le classement général de la coupe du monde ces sept dernières années.

Nous avons terminé deuxième au classement mondial des nations ces deux dernières saisons.

Avez-vous utilisé les bilans de l’analyse de variabilité de la fréquence cardiaque (VFC) dans votre suivi d’entraînement ?

Oui très régulièrement depuis la mise en place de ce procédé par Laurent Schmitt dès le début des années 2000 et quotidiennement pour orienter l’entraînement lors de problèmes avérés chez mes athlètes.

Avez-vous utilisé les bilans sur les types de fatigue donnés par l’analyse VFC caractérisés dans les publications de Laurent Schmitt ?

Oui bien entendu. C’est aujourd’hui le meilleur outil à notre disposition pour éviter de faire des erreurs et ainsi optimiser la programmation de l’entraînement.

Qu’est-ce que ce suivi de VFC vous a apporté dans votre travail d’entraîneur ?

Une approche nouvelle de la programmation de l’entraînement basée sur l’analyse de la VFC. La possibilité d’orienter quotidiennement le type des séances proposées individuellement à nos athlètes en fonction de l’analyse des tests effectués.

C’est primordial aujourd’hui à l’approche de la saison lors de la préparation finale à l’objectif mais aussi en cours de saison pour gérer le quotidien des athlètes face au rythme infernal auquel ils sont soumis.

Comment jugez-vous son efficacité ?

Il faut simplement bien savoir pourquoi on utilise cet outil et surtout avoir un peu de recul et d’expérience sur le fonctionnement propre de chaque athlète.

A partir de là, l’efficacité de l’analyse de la VFC est indéniable.

Pensez-vous que cette approche serait utile dans le monde du travail et pour la santé publique ?

Sans aucun doute car les rythmes de travail et le stress imposés par notre mode de vie actuel imposent à tout le monde des contraintes similaires à celles rencontrées par les athlètes de haut niveau.